Friday, January 13, 2012 to Saturday, February 18, 2012

    Opening
    • Friday, January 13, 2012 to Saturday, February 18, 2012
    Artistes: Rene Price et Immony Men Commissaire: Leanne L'Hirondelle Un essai critique de Leanne L'Hirondelle Le spectacle de la bureaucratie Immony Men et Rene Price sont deux artistes qui se sont penchés sur le sujet de la bureaucratie. Chacun critique les systèmes bureaucratiques dans leur œuvre, d’une manière différente, mais avec les mêmes préoccupations et les mêmes opinions. Rene Price est un artiste pluridisciplinaire qui prétend que nous devons toujours composer avec de la bureaucratie, quelles que soient les dimensions des organisations. Immony Men est également un artiste pluridisciplinaire qui affirme avoir échappé à la bureaucratie en quittant son travail pour devenir artiste à temps plein. Bien que pour la plupart de ceux qui travaillent en dehors de ces systèmes, ce sujet peut sembler peu intéressant, voire trivial, ces artistes nous permettent de découvrir de manière intéressante les systèmes qui nous affectent quotidiennement, qu’on y soit « piégé » ou que l’on ait le malheur d’essayer de lutter contre des incompétences bureaucratiques. Rene Price explore les relations humaines au sein de la bureaucratie alors qu’Immony Men traite de la monotone déshumanisation des tâches répétitives dans un système qui engendre bien souvent la médiocrité. Mais qu’est-ce que la bureaucratie? Est-ce qu’il faut de nombreuses personnes pour que cela fonctionne ou de nombreuses personnes pour que cela ne fonctionne pas, comme on le pense souvent de la bureaucratie? D’après le concept de la personnalité bureaucratique défini par Robert K. Merton, le respect excessif des règles aide à renforcer la nature hiérarchique du système, ce qui le rend immobile et inefficace. Ce type de personnalité est essentiel, et il est possible qu’il soit engendré par le système malgré les résultats négatifs et l’inefficacité (la question reste de savoir si le système crée certains types de personnalité ou les attire, ou si ce type de personnalité existe réellement et n’est qu’une conséquence du système). Rene Price a intitulé justement son œuvre Bureaucratic Balls. Il a passé l’ensemble de sa carrière professionnel au sein de Parcs Canada, un ministère fédéral, en tant que concepteur d’expositions. Selon lui, tout système hiérarchique est une bureaucratie. Il traite de l’humanité qui fait partie intégrante de tout système, puisque nous ne sommes pas des machines ou des pions. Ses tableaux sont légers et utilisent efficacement les matériaux, comme on peut le voir dans le tableau Sleeping Beauty. Ce tableau représente un homme corpulent avec une horloge semblant indiquer 16 h 35 à la place de la tête. L’homme tourne le dos à son bureau. Il semble se tourner les pouces et attendre avec impatience la fin de la journée. Le seul objet personnel est une photo quelconque placée sur le bureau. Cette photo semble être la seule chose qui relie l’homme au lieu dans lequel il passe le plus clair de son temps. Il convient de noter que la photo est amovible. Si on enlève la photo et l’homme, le bureau ressemble à des milliers d’autres postes de travail modulaires. Le compte à rebours déprimant est l’unique préoccupation de l’homme. Son travail prend le dessus sur son esprit, le définit et le déshumanise, au point qu’il ne lui reste qu’à tuer le temps au lieu d’obtenir des résultats. L’expression « prison dorée » est souvent utilisée à Ottawa. Elle signifie que les employés restent en poste dans le gouvernement fédéral pour profiter d'une bonne paie et de la promesse d'une retraite confortable, et non pour relever des défis et faire un travail intéressant. Certaines personnes disent qu’un emploi dans ce système dépend de l'ancienneté et non de la productivité ou du rendement. L’expression « retired on the job » (retraité en poste) est souvent utilisée dans les administrations gouvernementales pour désigner une personne en poste depuis longtemps et qui n’est pas productive. Dans l’administration, le respect excessif des règles et des normes est considéré comme une des rares sources d’autonomie ou de pouvoir qu’un individu peut exercer dans le système. Le respect des règles est parfois contre-productif. Ce zèle devient la seule manière d’exercer un contrôle sur un subordonné ou sur des personnes extérieures aux systèmes (par exemple, avez-vous déjà essayé d’obtenir, de la part d’un grand organisme, une réponse à une question simple sans passer d’un service à un autre pour ensuite revenir au premier service en ayant simplement perdu des heures?). En d’autres termes, cela devient un moyen de rejeter la responsabilité sur le système et de s’exonérer de toute responsabilité personnelle, puisque le système requiert l’anonymat et la conformité. Immony Men a travaillé dans une administration pendant peu de temps. Sa grande installation/performance Taking Care of Business s’inspire de cette expérience. Cette œuvre est composée de nombreux papillons adhésifs et peut recouvrir une pièce entière. Dans sa performance, il crée méticuleusement son œuvre morceau par morceau. La conception de cette œuvre semble fastidieuse. Elle illustre la nature de certains travaux qui semblent inutiles et ennuyeux, et traite peut-être même plus du maintien d’un système qui produit des résultats tangibles. Il crée l’environnement et la réalité de son œuvre avec des matériaux qui servent à écrire des rappels, à trier, à classer, etc. Bref, des matériaux qui, tout comme le temps, sont éphémères. Tout comme les instants pris un par un ne décrivent pas un ensemble, les papillons adhésifs et leurs courtes inscriptions n’ont aucune signification individuellement. Ensemble, ils constituent la description, le résultat et le commentaire éphémère de son expérience. Avec son point de vue ritualiste et obsessif, Michael Diamond écrit que ce type de comportement « facilite l’attachement individuel à la hiérarchie et au respect des règles, des normes et des procédures impersonnelles ». Les dirigeants bureaucratiques ont pour but de perpétuer la hiérarchie et le comportement ritualiste en contrôlant ponctuellement les subordonnés et en leur demandant des comptes. » Rene Price et Immony Men critiquent tous les deux un système dans lequel certains de nous passent leur carrière. Nous devons tous travailler, et de nombreuses personnes pensent que travailler dans une administration est une expérience stimulante et enrichissante. Les systèmes bien gérés font principalement partie de grandes organisations, qu’elles soient publiques ou privées, et servent à maintenir un certain statu quo. L’œuvre de ces deux artistes nous incite à réfléchir sur notre utilisation du temps, sur notre travail et notre vie. Après tout, la vie n’est pas une course, mais un voyage personnel dans lequel le temps est précieux, pertinent et pas toujours aussi prévisible et stable que ce que ces systèmes nous poussent à croire. Leanne L’Hirondelle, 2011 Bozeman Barry and Rainey Hal G., “Bureaucratic Personality” American Journal of Political Science, Vol 42, No 1 (Jan. 1998) pp. 163-189., http://jstor.org/stable/2991751. Diamond Michael. A., “The Social Character of Bureaucracy: Anxiety and Ritualistic Defense”, Political Psychology, published by International Society of Political Psychology, Vol. 6, No. 4 (Dec. 1985) pp. 663-679., http://jstor.org/stable/3791022. Merton, Robert K., Social Theory and Social Structure, Bureaucratic Structure and Personality. Glencoe, IL, Free Press, pp. 195-206, 1957. Zeitz Gerald., “Bureaucratic Role Characteristics and Member Response in Organizations”, The Sociological Quarterly, Vol. 25, No. 3 (Summer, 1984)., http://www.jstor.org/stable/4106266
    Bozeman, Barr et Rainey Hal. G., p. 165. Il s'agit de la théorie intéressante selon laquelle au sein de l’administration, les employés atteignent leur niveau d’incompétence par le biais de promotions. Cette théorie est formulée par Dr Laurence J. Peter et Raymond Hull, The Peter Principle, Why Things Always Go Wrong, 1969, William Morrow & Co. Inc. Comment ne pas penser au cas récent d’une employée de l’Agence du revenu du Canada qui n’a pas été licenciée après avoir perdu 2700 fichiers d’impôt et qui a obtenu un règlement à l’amiable, car ses supérieurs n’avaient pas considéré sa fibromyalgie comme un handicap. On pourrait penser qu’il s’agit de deux problèmes différents et un porte-parole du ministère a affirmé que ses actions étaient jugées « à faible risque ». (La Presse canadienne, 6 novembre 2011).